Hier soir, le jeudi 30 mars 2017, je me suis rendu à la Gamers Assembly Party, ou GA Party pour les intimes. D’ailleurs, un grand merci à Warning Up pour l’invitation. Cette soirée fait office de préambule à la Gamers Assembly, le plus grand festival d’eSport de France, qui aura lieu cette année du 15 au 17 avril au parc des expositions de Poitiers.

Avant toute chose, je tiens à apporter quelques petites précisions. Premièrement, je suis un passionné de jeux vidéo, qui sait jouer sérieusement quand il le faut, mais je ne suis pas du tout calé en matière d’eSport. Toutefois je trouve cette discipline très intéressante et je pense qu’il faut absolument en encourager le développement aux yeux du grand public. Deuxièmement, cela fait seulement 1 an et demi que je vis en région parisienne, et en bon jeune père de famille, je n’ai pas vraiment eu le temps ni l’occasion d’explorer les hauts-lieux du jeu vidéo de la capitale.

Le Meltdown, un lieu hors du temps

Tout ça pour vous dire que la GA Party se déroulait au Meltdown, apparemment un lieu incontournable de la scène eSport parisienne.

La Gamers Assembly Party a eu lieu au Meldown

J’arrive donc au Meltdown vers 18h15, le monsieur à l’entrée me demande si j’ai une invitation, ce à quoi je réponds fièrement : “Oui, je viens pour Côté Geek !”. Il me trouve sur la liste, me donne les jetons pour la boisson ainsi que le bracelet qui aura son importance, et me laisse entrer.

Intérieur Meltdown

Une fois les quelques marches descendues, je découvre la salle, au sous-sol donc. Celle-ci est très grande, quoique légèrement basse de plafond, et propose une décoration assez surprenante. En effet, les barils-tables et les pierres apparentes ici et là donnent un côté indus’ à la pièce, mais à l’inverse les nombreux néons aux couleurs façon stabilo, ainsi que les nombreux équipements gaming (Wii U, PS4, 12 PC gaming, sans compter les nombreuses TV sur les murs) donnent un aspect technologico-futuriste à l’endroit. Détail cool : les néons de couleur rappellent les claviers rétro-éclairés multicolores des PC gaming. On est donc à la fois dans un bar traditionnel, avec son comptoir et sa tireuse à bière, et dans une salle dédiée au eSport, avec les nombreuses stations gaming, sur lesquelles tout un chacun peut jouer avec du matériel pro.

eSport, tseuneugayme

Passée la phase de découverte de l’endroit, c’est évidemment une bière à la main que je m’en vais apprivoiser le milieu et rencontrer des gens. J’ai d’ailleurs chopé quelques contacts pour des interviews à venir, mais je ne vous en dis pas plus ! Quelques 30 minutes plus tard, le temps que les invités se pointent, la soirée commence avec un premier match. En effet, le but de la GA Party est notamment de donner un avant-goût de la Gamers Assembly, pour que les novices (comme moi) puissent découvrir le monde professionnel du jeu vidéo. C’est donc sur Street Fighter V que la soirée eSport débute, avec un affrontement entre Wil2pac et Layo, deux joueurs pro.

Match Wil2pac vs. Layo sur Street Fighter V

Layo (à gauche) affronte Wil2pac (à droite) sur Street Fighter V

“Finish him!”

Tout d’abord, mettons les choses dans leur contexte : quand je joue à un jeu de combat, je suis de ceux qui défoncent leur manette en appuyant sur tous les boutons dans l’espoir (vain, certes) de faire un combo. Mais je dois avouer qu’assister à un match pro de Street Fighter V est plutôt sympa et très impressionnant. Honnêtement, je ne sais pas comment il font pour gérer toutes les touches du fight stick façon arcade, et les combinaisons incluant des quarts de cercle ou je ne sais quoi. La soirée ne faisait certes que commencer, mais l’ambiance était là, et c’était franchement cool. C’est finalement Wil2pac qui l’a emporté, mais sur un score très serré de 5 manches à 4.

Conférence de Presse GA Party

De gauche à droite : Samuel Loiseau (Directeur Marketing PMU), un représentant de Grand Poitiers, Vincent Colas (Président de l’association FuturoLAN)

Nous avons ensuite assisté à une conférence de presse, lors de laquelle sont intervenus Vincent Colas (le président de la Gamers Assembly), et un représentant de l’agglomération Grand Poitiers (partenaire de l’event). Cette conférence s’est conclue par quelques mots de Samuel Loiseau, le directeur marketing de PMU (oui, les mêmes que pour le tiercé), pour la première fois partenaire d’une compétition d’eSport. De quoi être optimiste pour l’avenir de la discipline en France, si l’on ajoute ce partenariat aux différentes compétitions retransmises à la TV (sur Canal Plus et BeIN Sports, notamment).

Showmatch sur LoL, mais pas en mode MDR

La deuxième partie de la soirée était consacrée au eSport PC, avec deux jeux à l’affiche : League of Legends et Overwatch.

Showmatch sur LoL

Même si, sur le papier, ces deux showmatches étaient des matches amicaux, l’implication des différents joueurs laissait croire le contraire ! Les deux équipes constituées sur place ont réellement joué le jeu, ne lâchant rien jusqu’au bout, notamment pour éviter d’avoir à faire les pompes de punition qui attendaient les perdants. L’ambiance était vraiment au top, tout particulièrement grâce aux commentaires affutés et professionnels de Gardoum, que vous connaissez sûrement.

Je me suis pris au jeu, même si je ne connais rien aux règles de LoL (je me suis d’ailleurs planté de vainqueur pendant mon livetweet :S), et j’imagine que cela prend une autre dimension lors des compétitions officielles. Confortablement installé sur mon tabouret, j’ai dégusté un hot dog fort bon, que j’ai obtenu en l’échange de mon bracelet (je vous avais dit qu’il aurait une utilité).

La seconde joute vidéoludique opposait deux équipes sur Overwatch, avec cette fois-ci un « vrai » enjeu : les gagnants sont repartis chacun avec une version du jeu, plutôt sympa.

Parce que j’habite assez loin de Paris 11e, j’ai dû partir avant la fin du match sur Overwatch, je ne peux donc pas vous dire qui a gagné.

Gamers Assembly Party : on fait le bilan, calmement…

Car je suis globalement curieux de connaître des univers qui me sont étrangers, j’ai passé une excellente soirée, encore merci à Warning Up pour l’invitation. Poitiers est un peu loin pour moi, je ne pourrai donc pas me rendre à la Gamers Assembly, mais la GA Party a sans aucun doute suscité mon intérêt pour l’eSport. Il est donc très probable que j’assiste à des compétitions sur LoL ou autre lors de la prochaine Paris Games Week, où la rédaction de Côté Geek sera présente, bien évidemment.

 

Et vous ? L’e-Sport c’est votre truc ?