Encore une découverte que j’ai faite sur Netflix, Ajin, semi-humain est un seinen sorti au Japon en 2013. Grâce à un succès fulgurant, il est nominé en 2014 pour le Manga Taisho Award, le prix culturel Osamu Tezuka et le prix du meilleur manga Kodansha. Les bases sont posées, nous allons passer un bon moment.

Ajin et ses personnages principaux

Je sors tout juste du visionnage des deux saisons de 12/13 épisodes chacune d’Ajin. Tout est encore en ébullition dans mon cerveau qui est prêt à exploser. Tout d’abord précisons que je n’ai jamais regardé les trois films, ni lus les mangas. Ma critique se fera uniquement sur l’univers des animés présents sur la plateforme de SVOD américaine Netflix.

Ajin, c’est toute une histoire

C’est l’histoire d’un étudiant japonais, aux premier abord comme les autres, si ce n’est que suite à un accident où il se fait renverser par un camion, il ressuscite. Ce qui fait de lui un Ajin, une sorte d’humain immortel qui dispose d’un pouvoir bien particulier, celui de pouvoir invoquer un être composé de matière noire, invisible pour le commun des mortels mais pouvant être très dangereux. Forcement, un tel pouvoir, ça fait peur, et les autorités du pays ont lancé une chasse afin de réaliser toute sorte d’expériences sur ces fameux Ajins, les réduisant ainsi en esclavage. Seul trois cas sont répertoriés au Japon… pour le moment. Très vite, les choses s’enveniment, mais je ne vous en dirai pas plus !

Ajin

2 Ajins en action

Mais Ajin c’est aussi une réalisation au top

C’est Polygon Pictures aux commandes. Comme à leur habitude, on retrouve une réalisation soignée, très réaliste comme on avait pu le voir sur Knights of Sidonia (également sur Netflix). On ressent la maîtrise de l’animation, tout est fluide, super bien réalisé sans pour autant plomber l’effet manga que l’on aime tant.

Ajin semi-humain

Sans oublier un bon nombre de personnages secondaires

Après un épisode de mise en route, on rentre très vite au cœur de l’action. Nous rencontrons bon nombre de personnages plus ou moins charismatiques. C’est peut-être la seule critique négative que je pourrais faire ici. Je trouve que certains personnages secondaires passent trop vite au second plan, alors que j’aurais bien aimé voir une orientation autour de ces deux personnages-ci. Je parle notamment de Kei et Kaito, même si son retour dans la saison 2 m’a beaucoup plu.

Ajin

Voici les principaux protagonistes d’Ajin © The Shinigami List

Au niveau des méchants de l’histoire, on bascule d’une première partie où c’est l’Etat Nippon qui est visé à cause de ses expériences sur les Ajins, pour se concentrer par la suite sur Sato, le leader d’un mouvement pro-Ajin qui vise à prendre le pouvoir du pays par la force. Les méthodes qu’il utilise sont vraiment intéressantes, si toutefois vous aimez les méchants vraiment méchants ! Il y a aussi toute partie stratégie qui me fait penser à Death Note.